Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les chroniques de Dan Charg

Origines de l'échec total de l'intégration

23 Juillet 2016 , Rédigé par Dan Charg Publié dans #opinion

Les idées que vous découvrirez dans mon livre, viennent souvent de différents journalistes qui écrivent sans pratiquer la langue de bois officielle, dans des revues et des journaux que je qualifierai d'objectifs. Je citerai Valeurs Actuelles, Le Point, Marianne, le Canard, parfois l'Express, le Figaro, et épisodiquement quelques autres, par le biais d'internet. Bien sûr, vous subirez aussi un certain nombre d'idées personnelles... Mais voici quelques extraits sur un sujet crucial...

En préalable, une vérité première ! Pour la plupart de nos migrants, la religion est à cent coudées au dessus des règlements du pays qui les a accueillis. Leur croyance, refusant toute discussion, rend leur présence même, incompatible. Si l’on reprenait les termes du Coran que je consulte souvent, on pourrait presque dire qu’ils ne sont pas licites.

La conception familiale, toujours tirée du livre, entre en conflit avec la nôtre. Le musulman a été éduqué pour marier quatre épouses ; il peut les battre, et les châtier quand elles lui désobéissent ; il peut même les répudier sur une simple formule répétée trois fois… Evidemment, la réciproque n’est pas autorisée. Ce sont des préceptes qui entrent en contradiction avec notre respect des femmes et la volonté d’égalité.

Un autre domaine nous divise profondément.

Socialement, les impératifs de la religion interdisent au musulman d’avoir des amis chrétiens, Juifs, athées ; (sourate 4, les Femmes verset 89. "Ne prenez pas d'alliés chez eux ( juifs ou chrétiens) jusqu'à ce qu'ils émigrent sur le sentier d'Allah. S'ils se détournent, prenez-les, et tuez-les. Ce sont des infidèles". Voilà qui explique l’atmosphère entre les deux communautés. Pas d’amis, pas de liens affectifs. Deux communautés séparées ; l’une profitant de tous les avantages de l’autre, sans rien offrir en échange, ni l’amitié, ni la camaraderie, et encore moins l'amour….

Le musulman ne peut s’allier avec nous, car, encore une fois, ses principes coraniques le lui interdisent.

"Ne prenez pas pour époux un polythéiste, à moins qu'il ne devienne croyant."

Le mariage n’est donc possible que si le Français, l'Européen, se convertit à l’Islam. L’amour, lui-même, passe après le précepte religieux… Malgré l'interdiction du Coran, l'inverse existe, avec tous les risques qu'il comporte pour l'épouse et les enfants.

Personnellement, cela me paraît grave ! Mais peut-être suis-je dans l'erreur... Existe-t-il des liens plus forts que ceux du sang ? Oui ! crieront les musulmans : l’appartenance à la même religion… Je vous laisse juges !

En définitive, un bon musulman ne peut obéir aux constitutions occidentales souvent basées sur des principes bibliques, puisque pour lui, la Bible est corrompue.

Alors, messieurs nos élus, apôtres du vivre en commun, comment peut-on accepter chez nous des gens qui rejettent tant d'idées qui nous sont chères ?

Quoi qu'en disent nos socialistes, nous avons, et nous aurons toujours deux communautés, deux mondes, vivant l’un à côté de l’autre, sans interpénétration, ou presque. L’un d’entre eux, toujours le même, s’efforcera progressivement, par tous les moyens, de dominer l’autre, et d’imposer peu à peu ses lois, et sa doctrine conquérante.

A mon avis, si aucun effort n'est fait, nous allons vers le clash, la guerre civile... Qui triomphera ? Nul ne peut le dire! Si c'est notre peuple, seuls pourront rester ceux qui seront capables de s’affranchir d’une bonne partie de la violence et des impératifs du dogme coranique.

Si ce sont les musulmans, nos enfants et petits enfants devront faire le deuil de leurs lois, de leurs croyances, de leurs traditions, et de leurs libertés.

Vous ne me croyez pas ? Alors étudiez ce qui se passe dans les pays musulmans. Très rares sont ceux qui se montrent tolérants à l'égard des autres religions. Interrogez les chrétiens d'orient...

Il faut dire aussi que notre catholicisme, lui non plus, n’a pas toujours été une religion tolérante. Loin de là ! Longtemps, il a eu pour devise « Hors de l’église, point de salut ».

Il a fallu attendre le Concile Vatican II de 1962 à 1965 pour remettre en cause l’idée de guerre juste. Voilà ce qu’il a déclaré :

« La dignité de l’homme ne peut être assurée qu’au sein d’une communauté d’échange et d’amour mutuel ». Est-ce que cela va jusqu’à accepter les mariages inter communautés ? C'est une des grandes questions !

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article